mardi 1 novembre 2016

Cour européenne de Justice: la Wallonie hors la loi sur l’éolien !

http://lepeuple.be
L.R.
1/11/2016
 
Commentaire: (...) "
la décision de la CEJ est immédiatement applicable à toutes les législations similaires dans tous les États membres de l’Union européenne." et "Ces promoteurs et leurs alliés, Greenpeace et les partis écologistes, sont soutenus par les gouvernements de gauche et centre-gauche, qui tous font de l’alarmisme climatique leur politique principale en matière d’énergie;"(...)


"Lève-toi peuple puissant
Il y a un travail à faire
Alors faisons-le petit à petit
Sortez de votre insomnie
Nous sommes plus nombreux que le sable sur le rivage
Nous sommes plus que des chiffres
"

Extrait de: Bob Marley & The Wailers - Wake Up And Live (1979)
 https://youtu.be/3UAGe_GGVN0

php







Grande victoire des opposants à l’éolien qui est en train de détruire toutes les campagnes wallonnes: ce 27 octobre, la Cour européenne de Justice a tranché: le gouvernement wallon a agi illégalement en créant une « norme sectorielle » pour faciliter l’installation de centrales éoliennes en Wallonie, sans en informer correctement le public.

Le gouvernement wallon, s’apercevant notamment que le bruit des éoliennes est nettement plus élevé que la norme existante de 40 dB, a modifié cette norme pour passer à une tolérance de 45 dB. La santé des riverains, le ministre Carlo Di Antonio (CDH) n’est à rien à cirer ! Quant à la problématique des infra-sons, en-dessous de 30 Hz, n’en parlons surtout pas. Ce n’est qu’un exemple du chipotage auquel se sont livrés les politiques wallons et leurs amis, les riches promoteurs éoliens. 




Le ministre wallon Di Antonio au centre et ses potes de l’éolien, notamment un des frères Mat, les Dalton de l’éolien wallon, devenus riches sur le dos des Wallons, grâce aux politiques.

Le lobby de l’éolien EDORA se plaint évidemment du combat souvent désespéré des riverains face aux promoteurs et à leur grand ami Di Antonio (CDH). Ils veulent 5% d’éoliennes en plus pour atteindre leur objectif de « productible », freiné par l’application des lois de ce pays. Les « Réunions d’Information Préalable » dans les villages, sont des séances de propagande (RIP) et les enquêtes publiques ne sont que des simulacres de consultation: jamais l’administration ou le pouvoir politique ne tiennent compte des avis émis, sous prétexte de « non agréation ». Ce serait tellement plus simple si les citoyens n’avaient aucun recours !


 



Les comités d’opposants vont en recours au Conseil d’État et gagnent très souvent face au promoteur, qui revient ensuite à la charge, avec l’aide du ministre. Les exemples de Boneffe, Thuillies et autres lieux où les recours s’enchaînent sont parlants.

En tout cas, l’arrêt de la Cour européenne est une gifle à Di Antonio et aux gouvernements wallons successifs. C’est un succès majeur pour ceux qui s’opposent aux « parcs » éoliens terrestres dans la mesure où la décision de la CEJ est immédiatement applicable à toutes les législations similaires dans tous les États membres de l’Union européenne. Cela va aider d’autres groupes d’opposants, membres d’EPAW (European Platform Against Windfarms – www.epaw.org) dans le combat mené partout en Europe contre les requins de l’éolien.

Ces promoteurs et leurs alliés, Greenpeace et les partis écologistes, sont soutenus par les gouvernements de gauche et centre-gauche, qui tous font de l’alarmisme climatique leur politique principale en matière d’énergie; qu’il s’agisse d’Obama aux USA, de Ségolène Royal et de son ex, Hollande en France, de Merkel et des socialistes en Allemagne ou de Magnette et Di Antonio dans notre petite Wallonie pré-communiste. Le résultat, c’est une hausse astronomique des coûts de l’électricité. Tant pis pour les consommateurs, tant pis pour les riverains, tant pis pour la nature « mitée » par les éoliennes.

Le plus amusant, c’est que tout ça n’a strictement aucune influence sur le climat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire