jeudi 7 janvier 2016

Payer ou disparaître...

http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com/


Commentaire: Il est dommage que l'Unité ne soit pas de notre côté. Une «Union Européenne» en marche contre l'envahissement éolien et toutes ses conséquences néfastes, cela aurait de la «gueule», non?!  Et quel «rocher» dans la chaussure de nos gouvernants et de leurs «associés» éoliens. Chiche?

Bonne lecture

php


Tout est bon dans le cochon... surtout ses poches.


Je suis aussi mal à l'aise face au développement d'appartements destinés aux personnes âgées, l'attitude de l'administration vis-à-vis des malades dans les hôpitaux, les restrictions budgétaires dans les homes, la gestion des caisses de pension, maladie, accident, que devant les sociétés et autres associations actives dans les secteurs de l'énergie. L'être humain n'est plus considéré chez les uns comme chez les autres, que que comme un consommateur destiné à payer puis disparaître. De plus en plus, la tendance serait même de payer ou disparaître. Pas besoin de quitter la Suisse pour s'en rendre compte.


Dans le secteur qui nous intéresse, celui de l'électricité, c'est en suivant les activités de Suisse Eole que j'en suis arrivée à ce triste constat. Cette association est sensée promouvoir les éoliennes industrielles et la Confédération, donc vous et moi, contribue largement à son financement. Mais qui est Suisse Eole? Une association dirigée par des professionnels de l'énergie en grande partie dont les intérêts ne sont pas vraiment l'avenir propre de la planète mais le développement des intérêts des sociétés qu'ils représentent, non? Les consommateurs que nous sommes participons déjà à leurs intérêts via nos factures d'électricité, non?


Les opposants aux éoliennes sont aussi des contribuables. Ils participent donc au même titre que les autres au financement de Suisse Eole. Les associations d'opposants aux éoliennes ont toujours été surpris de la virulence des propos et des actions de Suisse Eole à leur encontre. Dès lors qu'ils financent cette association, de quel droit sont-ils traités d'égoïstes par exemple? Pourquoi ne devraient-ils pas attirer l'attention sur les problèmes posés par les éoliennes et pourquoi ne devraient-ils pas être protégés des nuisances de ces machines?


En dix ans, Suisse Eole a reçu plus de 5 millions de francs de la part de la Confédération. Pour quoi faire? Pour le savoir il faut saisir le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence. Ce qui a été fait, pour constater qu'autant l'OFEN (Office Fédérale de l'Énergie) que Suisse Eole résiste à la transparence! Qu'ont-ils donc à cacher? Jusqu'où parviendront-ils à le cacher? Les opposants, principales cibles de Suisse Eole, mais aussi principale charge dans son budget à voir le temps et les moyens mis pour les contrer, ne baisseront pas les bras et s'uniront pour forcer l'application de leur droit.


Une première étape a été franchie, voici un extrait des recommandations du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence qui donne entièrement raison aux opposants qui l'ont saisi:





C'est tout-de-même incroyable qu'une association liée à la Confédération et l'Office Fédérale de l'Energie, se fassent tirer les oreilles pour appliquer le principe de transparence auquel elles sont soumises! Comment se fait-il qu'elles disposent d'autant de temps pour empêcher les citoyens d'avoir accès à des informations publiques? Alors qu'une infirmière doit justifier chaque instant passé auprès d'un malade? Que l'argent de poche des vieillards est revue à la baisse? Que les caisses publiques traquent les bénéficiaires de prestations AI pour économiser sur le dos de leur dignité?


Il y a quelque chose de pourri sous les pales. On se demande d'ailleurs ce que la Suisse fait dans cette galère. Le site de Jancovici (informations reprises par les vues imprenables) nous interroge sur la santé mentale de notre société qui traque le vent alors que ce dernier ne sème que des minis tempêtes dans les verres d'eau du marché de l'électricité!


image: www.manomania.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire