mardi 1 mars 2016

La mort est (toujours) dans le pré...

Par Corinne N 
1 mars 2016

Commentaire: Indispensable combat contre les empoisonneurs de notre quotidien, de notre environnement et ... du leur. Cette dénonciation s'inscrit dans le mouvement de résistance citoyenne contre l'aéroport Notre Dame des Landes, contre l'exploitation des gaz et huile de schiste et autres minerais, contre l'enfouissement des déchets nucléaires et... contre l'éolien. Sauf que pour ce dernier, très peu, pour ne pas dire aucun de ces valeureux résistants et leurs associations ne se mobilisent. Pourtant là aussi «la mort est (toujours) dans le pré».


php 


Publication aujourd'hui de la synthèse d'une étude sur la présence de produits «phytosanitaires» dans les maisons proches des zones cultivées par les agriculteurs. Ce qui serait étonnant, ce serait de s'étonner des résultats...





Pesticides-non-merci Une enquête réalisée et publiée par «Génération Futures»:


«Enquête Expert 6 (analyses de poussière): Des riverains de zones cultivées exposés aux pesticides chez eux tout au long de l’année!"

Résultats: Un bain de poussière aux pesticides. 

Les résultats vont au-delà de ce que nous pouvions imaginer:
-Entre 8 et 30 pesticides par habitation ont été détectés dans la poussière des habitations testées, sur les 61 pesticides recherchés ;
-On retrouve en moyenne près de 20 pesticides par habitation testée dont près de 12 sont des Perturbateurs Endocriniens potentiels soit 60,18%.
-98,16% de la concentration totale en pesticides concerne les PE! Ainsi, 
-On retrouve en moyenne 17,6 mg de pesticides quantifiés par kg de poussières, dont 17,3 mg sont des PE potentiels. L’exposition aux pesticides dans ces maisons induit donc une exposition également très importante à des PE.
-3 produits sont aussi retrouvés dans 100% des échantillons (perméthrine, tebuconazole et dimethomorph).

Parmi les pesticides retrouvés certains sont interdits en agriculture en France depuis plusieurs années ! C’est le cas du diuron, retrouvé dans plus de 90% des habitations … pourtant interdit en France depuis décembre 2008.

De l’été à l’hiver
La concentration totale de tous les pesticides quantifiés a diminué entre l’été et l’hiver d’une valeur comprise entre -30% et -95% ce qui est à la fois rassurant – la concentration diminue réellement – mais reste inquiétant car la présence de ces résidus semblent demeurer toute l’année.

(...)

Suite et accès au rapport complet en cliquant ici, sur le site de Génération Futures
Lire l'article publié par le site Reporterre  en cliquant ici

et celle sur France-Info en cliquant ici.





pesticides-et-santé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire