dimanche 26 mai 2019

Haute-Saône, Haute-Marne : pourquoi l'éolien fait-il la manche?

L'Est républicain

Commentaire : l'équipe Velocita + Opale + Envision Energy, un fabricant chinois d' aérogénérateurs* ont trois projets en cours sur le secteur à cheval sur la Haute-Saône et la Haute-Marne, pour un total de 34 aérogénérateurs.
Haute-Marne, Cc des Savoir-faire : les élus transfèrent la société Mercer en plein coeur... de l' enfer éolien 

Ce nombre de machines de "guerre" est la condition sine qua non pour se voir autoriser la construction d'un poste de transformation sur "place". Si un des projets était refusé (Belmont/Tornay, 9 ?), la quantité de machines de "guerre" restante (25) serait  insuffisante pour justifier une autorisation de la part des autorités. Cette situation induirait une obligation de raccordement sur un poste compatible qui se trouverait à des kms en... Côte d'Or. Cela entrainerait un coût supplémentaire ... insoutenable? Alors, tout reste possible, y compris la fin des trois projets...
À suivre.

* Ce fabricant n' a pour seule ambition de placer un nombre maximum de ses machines de "guerre" en France et ailleurs, en portant des projets de zone industrielle. Puis, il revend u plus vite et au mieux. Parfois même avant la fin du chantier, voir  "Entre-Tille-et-Venelle" en Côte d'Or.
Vente du 1er parc éolien sur lequel des turbines Envision seront installées en France
Envision Energy conclut la vente d'un parc éolien de 40MW avec The Renewables Infrastructure Group Limited (TRIG) 

php
Vente du 1er parc éolien sur lequel des turbines Envision seront installées en France
Vente du 1er parc éolien sur lequel des turbines Envision seront installées en France
Vente du 1er parc éolien sur lequel des turbines Envision seront installées en France


Une souscription de 2,2 millions pour trois projets éoliens
Pour la seconde fois, la société Velocita Energies fait appel au financement participatif afin de construire un poste de raccordement électrique concernant trois projets éoliens. Les habitants des environs de La Rochelle, sur le secteur concerné, bénéficieront d’un meilleur rendement.




Le parc éolien de Vitrey-sur-Mance est le seul en service, depuis le mois de juin 2018. Mais les projets sont légion dans le département. Photo ER /David HANISCH


C’est la seconde fois que la société Velocita Energies (développeur de projets éoliens) met en place un financement participatif dans le département. La première fois, il s’agissait de financer un mât de mesure éolien à La Rochelle pour une somme de 100 000 euros.

Cette fois-ci, le principe est le même sauf que le montant est nettement supérieur. Cette souscription ouverte à tous, bientôt accessible d’un clic sur le site « lendosphère » (plateforme de financement participatif), a la particularité d’offrir un rendement supérieur aux habitants des communes concernées par le projet. « On mène ce genre d’opérations partout en France », assure Guillaume Leroy, directeur de Velocita Energies.

Quel projet éolien ?
Ici, il s’agit en fait de trois projets éoliens, baptisés de Vannier-Amance, des Hauts-de-la-Rigotte et de Sud Vannier qui sont situés en limite de Haute-Saône et de Haute-Marne. Au total, il s’agit d’implanter trois parcs de 34 éoliennes au total qui produiront 85 MW. Afin d’injecter l’électricité produite dans le réseau de transport d’énergie, il est nécessaire de construire un poste électrique. « Il sera implanté sur la commune de La Rochelle. On commence les travaux cet été », indique Guillaume Leroy. « C’est un équipement qui coûte 6 millions. La souscription couvre une partie de l’investissement. C’est un outil qui permet de faire appel à l’épargne locale et de communiquer sur le projet », ajoute-t-il. 


Combien de souscripteurs ?
En général, la souscription est ouverte pour une durée d’un mois. Un compteur suit, en temps réel, le nombre de participants et les montants investis. « C’est souvent autour de 1 000 euros », précise Guillaume Leroy. Ce sera la seule campagne de ce genre en Haute-Saône, en 2019, pour ce développeur de projets éoliens. Celle de La Rochelle, en mai 2018, avait atteint le plafond de 100 000 euros et 227 souscripteurs y avaient apporté leur contribution.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire