mercredi 1 mai 2019

RTE : la peur du blackout, courage fuyons!

Bate Felix
25/04/2019


Commentaire : les propos de M.Brottes sont lunaires. Voilà un des acteurs principaux du haro contre le nucléaire et du vive les ENRi qui, devant la menace grandissante d'un blackout en Europe, se désolidarise des politiques.
Courage fuyons! Misérable comportement.

php

RTE exhorte les décideurs politiques français à s'entretenir avec leurs homologues européens avant de fermer des centrales électriques

Paris, le 25 avril (Reuters) - Les décisions nationales de fermer les capacités de production d'électricité sans une coordination plus large avec les autres Etats européens pourraient mettre en danger le système électrique du continent, a déclaré jeudi le président du gestionnaire du réseau français RTE.

Depuis 2012, plusieurs pays ont annoncé leur intention de fermer certains producteurs de charbon, de nucléaire ou de pétrole afin de réduire les émissions de carbone, de diminuer la part du nucléaire dans le mix énergétique comme en France, ou d'éliminer progressivement l'énergie atomique comme en Allemagne et en Belgique.

François Brottes a déclaré que les décisions de politique énergétique prises au niveau national avaient un impact à l'échelle du continent car les pays dépendent de plus en plus des importations d'électricité en provenance du reste de l'Europe pour faire face aux pénuries, en particulier en période de pointe.

"Les pays prennent des décisions concernant leur capacité de production d'électricité, comme la fermeture des centrales au charbon ou nucléaires, sans toujours se parler ", a déclaré M. Brottes à Reuters.
"Nous avertissons les décideurs qu'ils prennent des décisions sans se consulter sur l'évolution de leur bouquet énergétique ", a-t-il déclaré.

Il ne suffit plus de compter sur les interconnexions électriques pour importer d'autres pays, a dit M. Brottes, citant l'exemple de la Belgique, qui a connu un déficit sans précédent l'hiver dernier.

M. Brottes a déclaré que 15 opérateurs européens de réseaux électriques ont signé une déclaration commune pour alerter les décideurs politiques et souligner les risques à l'approche des élections européennes de mai.

Lors d'une audition parlementaire le 9 avril dernier, M. Brottes a déclaré aux parlementaires que la production française d'électricité a été affectée par le vieillissement des centrales électriques et la fermeture d'environ 13 gigawatts (GW) de production thermique depuis 2012.

Il a déclaré que la marge de manœuvre des gestionnaires de réseau de transport se réduisait rapidement.

La France dispose de 11 GW d'interconnexion avec d'autres voisins européens, mais la capacité n'est jamais à cent pour cent car les voisins peuvent avoir besoin d'utiliser leur capacité de production pour satisfaire leurs propres besoins en période de pointe.

La fermeture prévue de la plus ancienne centrale nucléaire française à Fessenheim et des centrales au charbon restantes d'ici 2022 signifie que 18 GW de production auront disparu, a déclaré M. Brottes lors de l'audition. La nouvelle capacité de production ne s'ajoutait pas au même rythme.
"Nos voisins sont confrontés au même problème ", a-t-il dit au cours de l'audience.


La Grande-Bretagne a réduit sa production d'électricité de 13 GW depuis 2012, tandis que l'Allemagne prévoit de réduire sa production de lignite de 15 GW d'ici 2025.
L'Italie prévoit de réduire le nombre de générateurs au mazout de 15 GW d'ici 2025, et l'Espagne a récemment annoncé son intention de fermer 10 centrales au charbon d'ici 2020.

"Il est plus facile de prendre des décisions au sujet de l'arrêt de la capacité de production que de mettre en marche une plus grande capacité de production ", a ajouté M. Brottes.

La France, qui prévoit de réduire la part de la production nucléaire dans le mix électrique de 75 % aujourd'hui à 50 % d'ici 2035, est toujours à la traîne par rapport à ses pairs européens dans le développement des énergies renouvelables, même si elle est en croissance, a-t-il dit.
Les projets éoliens en mer qui ont été annoncés en 2012 font toujours l'objet d'appels devant les tribunaux.

Le réacteur nucléaire EDF de Flamanville 3, actuellement en construction, pourrait subir de nouveaux retards, tandis qu'une centrale à gaz est également confrontée à l'opposition, a-t-il ajouté.

M. Brottes a déclaré que les exploitants des réseaux électriques appelaient à la prudence et au pragmatisme.

(Reportage de Bate Felix ; montage de Sudip Kar-Gupta et Jan Harvey)

1 commentaire: