mercredi 8 mai 2019

WWF : oui aux énergies renouvelables

WWF

Commentaire : " La Fondation est présidée depuis décembre 2009 par la navigatrice Isabelle Autissier et dirigée par Pascal Canfin depuis janvier 2016." [...] 

Conseil d'Administration du WWF France
-1 Représentant le Ministre de la Transition Écologique et Solidaire ;
-1Représentant Représentant le Ministre de l’Intérieur ;
-1 Représentant le Ministre de l’Économie et des Finances.


 Entreprises partenaires
-Boralex ;
-Gîtes de France ;
-GRDF ;
-Suez ;
-etc.


Partenaires publics
"Le WWF France entretient des liens solides avec les principaux ministères responsables des sujets pour lesquels nous agissons. Nous joignons ainsi nos forces à celles du pouvoir public pour assurer le succès de nos actions."

php

Amorcer la transition énergétique

Essor des énergies renouvelables, déclin de l'industrie du charbon ou engagement des villes et des entreprises : nombreux sont les signaux qui montrent que la transition énergétique mondiale est en marche. Mais elle est encore trop lente. C’est pourquoi le WWF s’engage activement pour accélérer cette transition.




La transition énergétique, c’est possible !
La combustion des ressources fossiles - comme le pétrole, le charbon et le gaz - est la principale cause du dérèglement climatique. Nous sommes en train d’épuiser ces ressources non renouvelables à une vitesse fulgurante ! Le WWF œuvre pour qu’en 2050, nous tirions toute l’énergie dont nous avons besoin des sources renouvelables.

Le WWF porte en effet la vision que la seule solution pour fournir tout le monde en énergie, sans nuire à l’environnement, est le passage généralisé aux énergies renouvelables, produites par des sources naturelles comme l’eau, le vent, le soleil, la géothermie ou la biomasse. Cette transition vers un avenir 100% renouvelable est tout à fait possible, à condition toutefois de diminuer la consommation d’énergie mondiale (des transports, bâtiments, industries…) de 15% d’ici 2050, grâce à une meilleure efficacité de nos systèmes et une certaine sobriété dans nos comportements.

Tout ceci n’est pas une utopie et l’élan est d’ailleurs donné : en 2016, le WWF a publié son rapport « Les signaux de la transition énergétique » dont les conclusions sont très encourageantes. Les nouvelles capacités d’électricité installées dans le monde sont depuis 2012 plus importantes dans les renouvelables que pour le reste des sources (fossiles et nucléaire). Dans certains pays (Allemagne, Danemark, Égypte, Inde), l’électricité d’origine renouvelable est même devenue plus compétitive que celle d’origine fossile ou nucléaire.

Même si les signaux sont encourageants, les défis à relever pour accélérer cette transition restent nombreux, pour chacun d’entre nous. Et le WWF y concourt activement.

Part de l'énergie renouvelable dans la consommation énergétique mondiale (REN21, 2017)

  • Combustibles fossiles79%
  • Toutes les énergies renouvelables19%
  • Énergie nucléaire 2%
Le temps est à présent à l’action !
À Paris, fin 2015, dans le cadre de la COP21, les dirigeants du monde entier ont approuvé un accord universel sur le climat, ouvrant ainsi la voie à la transition du système énergétique mondial vers un nouveau modèle propre et durable.

Croissance des énergies renouvelables, multiplication des actions dans les villes, stagnation des émissions de CO2 liées à l’énergie, nombreux engagements des entreprises via l’initiative Science Based Targets afin d’aligner leurs objectifs de réduction d’émissions sur une trajectoire de moins de 2°C de réchauffement climatique, augmentation continue du nombre d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables…. Nombreux sont les signaux qui prouvent que la transition énergétique mondiale est en œuvre.

Mais les records de température atteints en 2016, l’année la plus chaude jamais enregistrée dans l’histoire, nous rappellent que nous avons très peu de temps pour agir. De nombreux leviers doivent être actionnés pour donner une nouvelle impulsion et changer la vitesse de la transformation : fin des subventions publiques en faveur des combustibles fossiles, soutiens au déploiement des renouvelables et aux économies d’énergie, accroissement des financements verts, prix du carbone…

Le WWF s’engage activement pour accélérer la transition énergétique à travers différents modes d’action : influencer les décideurs politiques, engager les acteurs économiques, incarner la transition sur le terrain, mobiliser et sensibiliser l’opinion. Nous avons l’Accord de Paris pour nous guider vers la voie à suivre. Il est temps maintenant de le mettre en oeuvre. Place à l’action !


Pour une transition équitable et génératrice d’emplois
La transition énergétique est en œuvre et elle se poursuivra sur le long terme. Comme de nombreuses transitions de notre histoire, elle est conduite notamment par l’innovation technologique. Cette dernière est en train de redessiner le marché de l’énergie. Et comme l’énergie est un élément de base pour tout cycle de production, la transition a des répercussions sur bien d’autres domaines que l’économie : elle redessine aussi nos sociétés.

Le WWF plaide en faveur de l’accélération de cette transition, aussi bien pour éviter le dérèglement climatique, que pour tendre vers une meilleure qualité de vie. En effet, le système énergétique mondial actuel n’est pas équitable. Des milliards de personnes n’ont toujours pas accès à ce jour à une source d’énergie propre, fiable et accessible économiquement. Et cette pauvreté énergétique n’est pas sans conséquence sur les inégalités sociales et sur la dégradation de l’environnement.

Au-delà de fournir une énergie accessible à tous, la transition est aussi créatrice d’emplois. En France, 400 000 nouveaux emplois peuvent être créés d’ici 2030 grâce à la transition écologique, rapporte le Réseau Action Climat (RAC), dont le WWF est partie prenante. Toutefois, certains secteurs seront globalement perdants (transport routier, nucléaire…). Il est donc absolument indispensable de soutenir l’évolution des métiers, la formation professionnelle et les stratégies de reconversion des industries françaises, avec par exemple la mise en place de « contrats de transition écologique » dans les territoires concernés par des fermetures de sites (centrales au charbon et nucléaires).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire