lundi 19 février 2018

La politique climatique française est mal partie

 Commentaire : (...) "La politique climatique française est mal partie." Mais est-ce que le citoyen et contribuable français s'en soucie vraiment? Posez la question, c'est en partie y répondre, non?


"J'aime bien mes dindons
- J'aime bien mes moutons
- Quand ils font leurs doux glou glou glou
- Quand chacun d'eux fait bê bê bê
"
Extrait de de l'opérette "La mascotte", la chanson "Duo des dindons"
Paroles: Alfred Duru, Henri Chivot. Musique: Edmond Audran 
Écoutez
php
La Lettre "Géopolitique de l' Électricité" n°81 de février 2018 est consacrée à la politique climatique française dont les conséquences sur le secteur électrique sont considérables.
Notre pays, qui revendique un rôle international dans la lutte contre le réchauffement climatique, vient de se doter d'un instrument de pilotage nommé "Suivi de la Stratégie Nationale Bas-Carbone", qui nous apprend:
  • que le financement de cette politique croit rapidement et est devenu supérieur au budget de certains ministères comme celui de la Justice.
  • que l'argent public est réparti de manière inadaptée. En 2017, près de 60% des fonds ont été consacrés au secteur électrique (soutien au solaire et à l'éolien) qui n'émet que 6% des gaz à effet de serre de notre pays.
  • que les résultats de notre politique climatique sont mauvais. Les émissions globales augmentent . Celles des transports et des bâtiments dérivent dangereusement. Le secteur "Transport" émet cinq fois plus de gaz à effet de serre que le secteur "Électricité" mais reçoit dix fois moins de subventions (Programmation Pluriannuelle de l' Energie)
Comme dit Actu-Environnement, "la France rate la première marche".
Le "Suivi de la Stratégie Nationale Bas-Carbone" ne conclut pas à la nécessité d'une répartition radicalement différente des fonds publics.
La politique climatique française est mal partie.
Lire l'étude

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire