jeudi 22 février 2018

Politique climatique : erreur française, fraude des mots

http://huet.blog.lemonde.fr

Plus l’Etat français dépense l’argent public pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, et plus elles augmentent. Un proverbe des Shadoks ? Non, le constat tout à fait officiel et détaillé fait par le ministère dirigé par Nicolas Hulot. La France prend en effet très au sérieux son rôle dans l’action mondiale pour atténuer la menace climatique future. Elle a donc mis au point une Stratégie nationale bas carbone. Laquelle détaille année après année et secteur par secteur les objectifs de diminution des émissions jusqu’à parvenir à -75% en 2050 relativement à 1990. Le fameux « facteur 4 », puisque cela correspond à une division par quatre de ces émissions. Une opération nécessaire si la France veut apporter sa quote-part à l’objectif mondial d’une atténuation de la menace climatique afin de la limiter à une élévation de la température moyenne de la planète de 2°C maximum relativement à la fin du 19ème siècle.
Cette Stratégie ne se contente pas de chiffrer les objectifs, elle liste aussi les moyens mis en oeuvre pour y parvenir : subventions, décisions structurantes, intégration des objectifs climatiques dans l’ensemble des politiques publiques… Tout cela fait très sérieux. Surtout lorsque l’examen du premier bilan dressé par le suivi de cette stratégie démontre son erreur manifeste lorsque l’on examine l’adéquation entre objectifs et moyens, le B et A BA d’une bonne stratégie.


Des émissions qui augmentent en 2016
 

Les émissions réalisées sur le territoire national sont ainsi en augmentation de 2015 à 2016, de 457 millions de tonnes équivalent CO2 à 463 MTeCO2. Un très mauvais démarrage pour la Stratégie bas carbone. Surtout que le dérapage concerne en particulier les secteurs les plus émissifs : transports (plus 6% par rapport à l’objectif avec 136 MTeCO2); bâtiment, tant pour la construction que l’entretien et le chauffage (plus 11% avec 88 MTeCO2), agriculture (plus 3% avec 90 MTeCO2 dus pour l’essentiel aux oxydes d’azote des engrais et au méthane émis par le bétail)… L’industrie en revanche est presque en ligne avec les objectifs, à 1% près après avoir diminué de 45% ses émissions depuis 1990. Quant au secteur de la production d’énergie, il ne représente que 11% des émissions de gaz à effet de serre du pays, en raison d’un mix de production électrique dominé par le nucléaire et l’hydraulique.
Les évolutions des émissions d’une année sur l’autre ne sont pas nécessairement représentatives d’une tendance de long terme. Mais l’important, dans une stratégie, c’est l’adéquation des moyens aux objectifs. C’est là que l’on vérifie si l’on sera Napoléon à Austerlitz et pas à Waterloo. La Stratégie nationale bas carbone française se prépare t-elle à la victoire ou à la déconfiture ?

Plus de 5 milliards par an pour… rien
Au regard des chiffres, on s’attendrait à un effort maximal sur les transports, le bâtiment, l’agriculture. Or, que nous apprend le document ministériel sur la distribution de l’effort public ? Que l’écrasante majorité des dépenses pour diminuer nos émissions de gaz à effet de serre est dirigée vers… le secteur électrique. En 2016, sur près de 6,7 milliards recensés (lire page 9 de ce document de suivi des « recommandations transversales » de la Stratégie bas carbone), 3,5 milliards sont consacrés à soutenir l’implantation d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques.

L’indicateur de suivi des « Dépenses publiques de l’Etat en faveur d’une société bas carbone ».

En 2017, ces chiffres grimpent à près de 9 milliards dont 5,6 pour ces deux modes de production certes très peu émetteurs de CO2 mais dont l’intermittence suppose des moyens de productions complémentaires, en back up, qui seront pour l’essentiel… du gaz.
Si l’on se penche sur les objectifs d’ici 2028, détaillés ici, on découvre le pot au roses : l’ensemble du secteur production d’énergie se voit fixé l’objectif… de ne pas diminuer ses émissions, calées à 55 MTeCO2 sur l’ensemble de la période 2015-2028.


 
Autrement dit, le gouvernement et les députés qui ont voté cette Stratégie consacrent la majorité des dépenses destinées à diminuer les émissions de GES à un secteur dont ils n’attendent strictement rien dans les dix ans qui viennent pour contribuer à la baisse des émissions du pays. Lorsque les moyens d’une stratégie sont en majorité destinés à des objectifs autres que ceux de la dite stratégie, c’est Waterloo assuré. Ou une philosophie très shadokienne de la vie. Pour la suite, après 2028, le secteur électrique se voit fixer des objectifs très ambitieux qui ne peuvent être atteints avec les technologies disponibles aujourd’hui car ils supposent une éradication totale des centrales à fioul et à gaz naturel (pour les 3000 MW de charbon, Emmanuel Macron a pris l’engagement de les fermer durant son quinquennat).

La fraude des mots
«La perversion de la Cité commence par la fraude des mots», selon Platon. Le philosophe Grec aurait aimé cet exemple. Où se niche la fraude dans cette affaire de comptes publics ? Tout simplement dans le tour de passe-passe sémantique qui a confondu l’objectif d’atténuer la menace climatique avec celui d’une transformation de notre système électrique visant à y diminuer la part de l’énergie nucléaire. Ce tour de passe-passe trouve son origine dans le combat de forces politiques pour éliminer cette source d’énergie et inclure cet objectif dans la transition énergétique censée nous permettre d’atteindre nos objectifs climatiques.
La question posée ici n’est pas de savoir si l’énergie nucléaire est une bonne ou une mauvaise solution pour notre système électrique. Ni de savoir si éoliennes et panneaux photovoltaïques sont une bonne idée économique et écologique pour le système électrique du pays. Elle est de remarquer que la fraude des mots aboutit à nommer « politique climatique » une action publique – la subvention massive des éoliennes et des panneaux photovoltaïques – dont le résultat climatique est nul tant que cette électricité se substitue à une autre qui est déjà bas carbone. En fraudant sur les mots, la société française se leurre sur son effort en faveur de l’atténuation de la menace climatique. Et elle ne se leurre pas sur une action marginale ou minoritaire, mais sur la majorité de son effort financier.
Un tel aveuglement aboutit par exemple à ne pas se demander si ces milliards annuels ne seraient pas beaucoup plus efficaces s’ils étaient consacrés à l’isolation des bâtiments (chauffés au gaz voire au fioul pour beaucoup), à améliorer les transports collectifs, surtout ceux propulsés à l’électricité, ou à promouvoir une agriculture utilisant moins d’engrais azotés à l’origine de près de la moitié de ses émissions de GES. L’ennui, c’est que la réponse à cette question est oui. En témoigne l’évolution des émissions du secteur des transports où la politique publique actuelle se signale par la promotion du bus (au pétrole) contre le rail (à l’électricité décarbonée), ce qui a déjà fait perdre 250 millions d’euros à la SNCF dont la filiale bus affiche pertes sur pertes :



Et que l’on se retrouve dans une situation shadokienne (ou orwellienne, lorsque les mots désignent leur contraire) puisque la priorité financière de l’action publique en faveur du climat est consacrée… à autre chose.

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire