vendredi 2 février 2018

Eolien industriel: la poule aux œufs d'or des avocats

http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com



L'effet Ai Weiwei... après avoir vu son exposition à Lausanne, la tentation de ma fenêtre était grande... :-) Un clin d' œil aussi à la personne qui dans le Jura a été dénoncée et condamnée pour avoir sprayé un smile sur un panneaux de publicité pour les  éoliennes...
 
J'ai élevé mes filles dans une société qui était capable de passer à côté des manchettes du journal satirique de la région, La Tuile pour ne pas la nommer, sans ressentir le besoin de traîner son rédacteur en justice pour outrage à majesté chaque fois qu'il égratignait l'un des siens. L'adoratrice des aérogénérateurs, Isabelle Chevalley, elle, n'a pas été capable de passer devant le kiosque sans se sentir obligée de punir celui qui osait afficher à sa manière l'ampleur du mal qu'elle préconisait pour son Jura à lui, soit la prolifération des éoliennes géantes qu'elle vendait alors pour le compte des Services industriels de Genève. Les tribunaux n'en finissent plus de condamner le rédacteur satirique depuis que l'envoyée d' Eole a ouvert la porte aux redresseurs de morale qu'elle prétend représenter. Derrière ces multiples condamnations se dévoile un système judiciaire peu enclin à défendre un journal , emblématique pourtant d'un Jura que l'on nous avait laissé entrevoir au moment de son entrée en souveraineté, qui jusque là ne dérangeait personne. Quand bien même il en agaçait plus d'un qui se contentaient alors de ne pas l'acheter.
J'ai élevé mes filles dans un Jura qui sentait bon la liberté, qui sentait bon la terre, qui promettait son espace à des activités proches de la nature et des hommes. J'ai élevé mes filles en cultivant cette franchise qui caractérisait la région, cet esprit fier et rebelle qui prétendait avoir porté le Jura vers son indépendance... Le business vert a eu raison de toute cette belle naïveté.

L'usage de la justice par ces pseudos sauveurs de la planète,  fait partie de leurs stratégies. Partout où ils rencontrent de la résistance, ils lancent leurs avocats pour la casser. Avec l'aide des tribunaux, ils tentent de semer la crainte dans les esprits de ceux qui ont le courage de les défier pour sauver le peu qu'il reste de cette planète ravagée par des appétits voraces. Leurs intérêts pourtant n'ont rien à voir avec une quelconque justice.
Ils ont beau jeu de nous accuser  de ralentir leur  transition énergétique et de les empêcher de sauver nos enfants, avec nos recours ou nos actions contre leurs projets... La lecture que je fais moi de cette ruée vers les campagnes qu'ils mènent tambour battant, est que les sociétés d'implantation d'éoliennes industrielles entretiennent des armadas d'avocats pour tenter de mettre à genoux des citoyens qui défendent ce qui leur est cher.  Ces mistons en cravates qui envoient les pelleteuses sur les terres et délèguent des avocats pour taper sur les petites gens qui s'y opposent, sont le fruit d'un système qui a enrôlé nos enfants sur les chemins scabreux de la mondialisation, du libéralisme, du chacun pour soi via un enseignement orienté vers la concurrence, la performance, la rentabilité et compagnie! Nos enfants voient de moins en moins de quoi est faite la nature "en vrai", ils n'en connaissent que les loisirs qu'on y fabrique pour eux. Il suffit de voir les crèches que l'on construit dans certaines villes pour nos tout-petits, pour comprendre que les liens avec la nature ne sont plus une priorité dans l'éducation des nouvelles générations! Ceux-là même qui permettent ces constructions entre routes à haut trafic et voies ferrées, loin des arbres et des prairies, sont ceux qui préconisent l'éolien industriel pour les sauver!!!??  Mais si il n'y avait personne pour les empêcher de continuer à nuire, nous ne serions plus que des moutons au travail ou à l'abattoir!
Il y a des citoyens qui ne sont pas encore aveuglés par les costumes de leurs prédateurs, des gens qui osent se battre contre eux. Parfois ils gagnent. Ce fut le cas de ce magnifique mouvement contre un projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Même si les raisons qui ont fait plier le gouvernement ne sont certainement pas en lien avec la protection de la nature... Ci-dessous deux autres jugements rendus ces jours en France clouent le bec de l'arrogante industrie du vent.

Que le Jura libre en prenne de la graine.
"La demande en référé de la société Futuren, contre les opposants au parc éolien de Crassous, à Saint-Affrique, a été déboutée. La décision a été rendue ce mercredi matin au tribunal civil de Rodez.
La société Futuren - anciennement Theolia qui a racheté Ventura à l’origine du projet - avait désigné cinq opposants, des membres de l’ Amassada, et demandé que leur présence soit interdite autour du site de Crassous sous peine d’une amende de 2 000 € par heure.
Or le tribunal aurait estimé que la désignation des cinq personnes était subjective, et que les éléments étaient insuffisants au regard de l’absence d’incidents lors des vérifications faites par les autorités."


 php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire