dimanche 16 novembre 2014

Contre les éoliennes industrielles dans les campagnes, la bataille ne fait que commencer

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Alle dans le Jura, Daillens et Oulens-Échallens dans le canton de Vaud disent NON aux éoliennes industrielles
L'efficience énergétique d'abord!
Le fossoyage de nos régions peut attendre!


Contre les éoliennes industrielles dans les campagnes, la bataille ne fait que commencer. Nos régions ne sont pas à vendre à n’importe qui pour n’importe quoi, nous les défendrons parce que nous savons ce qu’elles représentent comme richesse pour le futur ! La proportion des opposants aux parcs éoliens que souhaitent imposer des politiciens déconnectés de la réalité du terrain augmente de jour en jour. Atteignant 85% dans le canton de Vaud avec un taux de participation de plus 80% à Daillens et Oulens. Puissent nos élus y réfléchir et prendre la mesure de leur erreur à persister dans cette voix. Le rapport de confiance est brisé. À eux de le rétablir.




Le fossoyage de nos régions peut attendre!Dessin: La Tuile,jan.2013



De nouveaux prédateurs se sont appropriés l’écologie version industrielle et saccagent terres et forêts épargnées jusqu’ici. La situation est grotesque et mérite largement les sanctions votées ces derniers mois dans les petites communes où des nimby d’un nouveau genre cherchent à transférer des nuisances dans des zones économiquement faibles.Selon le géographe Augustin Berque, en Europe on observe de tels résultats pour l'enfouissement des déchets radioactifs, et plus récemment le bruit des aéroports et la construction de parcs éoliens. Les réactions des habitants sont parfois salutaires, notamment contre l'envahissement des standards internationaux et contre les erreurs d'échelles appliquées par les technocrates. Les réactions des habitants contribuent à réhabiliter le local, l'individuel et la subjectivité en géographie.

On ne peut pas détruire un environnement précieux et le tissu social pour garantir l’accès à quelques pour cent d’énergie!

Nous demandons aux politiques de cesser de faire croire aux citoyens que la sortie du nucléaire se fera d’un coup de « pales » magiques, le démantèlement d’une centrale nucléaire reste à ce jour impossible et la gestion des déchets n’est pas prête d’être réglée. De quelle sortie du nucléaire parle-t-on ? La bonne question est de savoir comment nous approvisionner en énergie sans passer par ce nucléaire qui soudain, enfin, nous terrorise. La mauvaise réponse est de chercher à tout prix à remplacer la production existante par d’autres moyens en utilisant la même désinformation que le lobby nucléaire jusqu’ici. Il est temps de prendre des responsabilités en repensant notre consommation d’énergie et en prenant de véritables mesures d’économie, de favoriser les projets de proximité directe, comme l’isolation des bâtiments, la pose de panneaux solaires, aux projets industriels hautement destructeurs. Il est temps de protéger comme la prunelle de nos yeux les zones naturelles sauvées à ce jour de la gloutonnerie du béton, d’intégrer dans notre vision du futur les populations rurales et non de leur taper dans le dos en leur demandant d’en prendre encore une couche pendant que dans les villes on multiplie les quartiers dits « verts » pour accueillir les riches contribuables qui réintègrent les centres urbains. Le peuple n’a eu de cesse de réclamer le respect de la nature et des paysages lors des votations Weber et de la LAT, il est temps d’y répondre.

Collectif de citoyens pour la diffusion de l’information sur l’industrie éolienne
Pour le collectif :
Pascale Hoffmeyer, rte Principale 18, 2364 Saint-Brais, Suisse





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire