lundi 3 novembre 2014

France et Suisse: Même combat


Tout va très bien, tout va très bien!






«La mise en place du principe de précaution qui empêcherait toute implantation d’éoliennes ne se justifie pas, en l’état, dans le canton du Jura.» Le ministre de la santé, Michel Thentz rappelle qu’une évaluation d’impact sur la santé a été réalisée en 2012 sur la base de toute la littérature mondiale sur le sujet.


En répondant ainsi à une lettre lui demandant d'appliquer le principe de précaution autour des éoliennes industrielles, le ministre oublie de dire que la même année, la même évaluation sur toute la littérature existante lui avait été envoyée par une docteur en biologie de la région, avec des conclusions bien différentes de celle dont il parle ici. La seconde étude, le canton l'a demandé à Equiterre, un bureau lausannois au sein duquel se sont succédé des personnalités très impliquées dans le développement des éoliennes en Suisse. Absolument rien ne permet de donner davantage de crédibilité à cette étude plutôt qu'à une autre.

«Il estime qu’il ne s’agit pas de changer complètement une politique suite à une étude. Le ministre de la santé indique, par ailleurs, qu’une veille a été mise en place pour surveiller l’état des connaissances sur les éoliennes».(RFJ)


Depuis 2012, beaucoup de choses se sont passées, beaucoup de nouvelles alertes ont été lancées. Ceux qui s'occupent de surveiller cela doivent être employés à 0,0001% pour ne pas l'avoir signalé...


La nouvelle étude dont il est question, a été traduite ici.


On voit qu'il ne s'agit pas de n'importe quoi et l'on se demande comment on peut continuer à prétendre implanter des machines pareilles à 300m ou même à 500m des habitations sans avoir fait toute la lumière sur leurs impacts.


Extrait: « L’énergie éolienne provoquera indiscutablement du bruit, qui augmentera le stress, qui entraîne l’augmentation du risque cardiovasculaire, des désordres physiologiques et le cancer »


Après avoir lu cela, nous devrions nous contenter des vagues explications de notre ministre de la santé? Désolée mais moi cela ne m'a pas rassurée du tout. Et si l'on considère qu'à Saint-Brais depuis l'installation de ces deux éoliennes 12 personnes auraient développé un cancer (merci à ma chère voisine d'avoir fait cette petite enquête), que moi-même j'ai subi l'ablation d'une tumeur borderline l'année dernière, que cela représente 5,38% de la population*, sans compter les autres troubles de la santé non répertoriés ici mais faisant partie des symptômes reconnus autour de ces machines, je me sens d'autant moins rassurée. L'observation médicale me semble la moindre des choses autour des parcs existants avant d'implanter ne serait-ce qu'une seule éolienne de plus en Suisse et ailleurs.
* Moyenne suisse: 4,28% source Oncosuisse 2010


Vous trouverez ci-dessous la lettre au ministre de la santé, publiée dans la presse régionale, à laquelle il a répondu sur les ondes de la radio locale





Monsieur le Ministre de la santé,


Avec l'automne, les nuisances des éoliennes de Saint-Brais reprennent le chemin de l'excès. Cette nuit par exemple leur bruit était surréaliste. Il se peut que des problèmes techniques soient responsables de ce bruit inqualifiable, mais nous savons que le problème est nettement plus conséquent que ce que vos services veulent bien laisser entendre.


Après une très mauvaise nuit, une de plus, je découvre ce matin l'article que je vous adresse dans cet e-mail au sujet du syndrome éolien. Un article publié dans le journal de Royal Society of Medicin le 8 octobre 2014.


La guerre des études, que ne manqueront pas de déclarer les milieux pro-éoliens, ne m'intéresse pas, leur interprétation ne sert que des intérêts économiques et politiques divers. Mais ce que je constate dans ma famille et au village m'interpelle au plus haut point et lorsque je lis les conclusions des Drs. Robert McMurtry et Carmen Krogh, je ne peux qu'être choquée de la légèreté avec laquelle le problème est abordé dans le Jura, parce que ce dont ils parlent, nous le vivons et le ressentons. Les autorités de Saint-Brais n'ont plus le recul nécessaire pour analyser la situation, mais vous avez la responsabilité de l'ensemble de la santé jurassienne, je ne pense pas que vous puissiez continuer de vous enfermer dans le silence et l'indifférence. Nous sommes exposés à des dangers potentiels et nous demandons à ce que le principe de précaution soit immédiatement appliqué jusqu'à ce que la lumière soit faite sur les nuisances des éoliennes et que les distances aux habitations soient responsables. Nous n'allons tout-de-même pas laisser installer une situation potentiellement dangereuse alors que nous avons la possibilité de l'empêcher?


La situation énergétique future ne dépend pas du nombre d'éoliennes qui seront posées, ni ici, ni ailleurs. Les enjeux se situent beaucoup plus haut que notre petite région, il suffit d'observer la politique énergétique mondiale pour savoir que notre "sacrifice" est inutile parce que prématuré dans le contexte actuel. Des décisions autrement plus conséquentes devraient être prises pour rendre crédible ce type de projet. C'est pourquoi je vous demande de faire toute la lumière sur la situation autour des éoliennes, ici et ailleurs. En tant que ministre socialiste, je suppose que vous ne pouvez tolérer que la justice demande aux citoyens victimes de ces projets industriels, de devoir débourser fr. 35'000 francs d'avance de frais pour que des études sur le bruit soient entreprises? Ceci d'autant plus que les normes en vigueur protègent les décideurs et les porteurs des projets, un investissement qui aurait donc de grandes chances d'être perdu. Ce problème devrait impérativement être à la charge de ceux qui ont saccagé notre village sans informer les citoyens de ce à quoi ils les exposaient, à eux d'apporter la preuve de leurs certitudes.


Je vous demande une xème fois de vous préoccuper de notre situation, de répondre à nos peurs de manière crédible. Les lectures de la littérature existante effectuées par des bureaux aux liens étroits avec les politiciens impliqués dans le développement éolien ne nous intéresse pas. Nous voulons des preuves scientifiques, de véritables observations médicales autour des parcs existants. Nous voulons de la transparence et du respect comme nous pouvons encore en attendre dans un pays aussi petit que le nôtre.


La dernière étude réalisée par l'Université de Saint-Gall est inutilisable, son analyse est sans appel et l'enquête faites sur ses protagonistes révèle des conflits d'intérêts indiscutables. Pourquoi se donner autant de peine pour cacher la vérité?


Les questions que nous nous posons sont légitimes et appellent un certain courage politique que nous attendons de votre part. Si vous, ministre de la santé, socialiste, n'empoignez pas ce problème, qui le fera? Demain il sera trop tard.


Je vous remercie de votre attention et j'ose encore espérer une réponse constructive à nos inquiétudes.


Je joins une copie de ce courriel à l'ensemble de la presse régionale, pour information.



Publié par voisine d'éoliennes industrielles à 09:34

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire