dimanche 16 novembre 2014

Les chers corbeaux délicieux

Si malheureusement, notre région Champagne Ardenne n'est pas attractive pour les hommes et les femmes (la seule région de France à perdre des habitants (RCA mag., automne 2014), elle l'est pour les industries du nucléaire (Bure), de l'éolien (1ere région française en MW éoliens installés) et du pétrole. En effet, «la cerise sur le gâteau», son sous-sol serait porteur de gaz, de gaz de schiste et de pétrole. La boucle est bouclée. 



Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angélus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux
Les chers corbeaux délicieux.


Extrait de la chanson «Les corbeaux» Léo Ferré.
http://www.leo-ferre.com
Source : La Voix de la Haute Marne : 15 juin 2012






Source : Sortir du nucléaire n°44 - Automne 2009


La transparence au train de sénateur


La "transparence"… Vertu si peu naturelle de la filière nucléaire que les pouvoirs publics ont cru bon de créer un "Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire". Aiguillon salutaire ou cache-misère supplémentaire ? La ligne de conduite de ce "Haut comité" dépendra de sa composition. On peut donc s’étonner de la nomination parmi ses membres de Bruno Sido, sénateur pronucléaire de la Haute-Marne.

L’information est de taille : le 15 mai dernier, le sénateur Bruno Sido a été nommé au HCTISN, le "Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire" créé voici trois ans (
1). On va le voir, vu les fonctions et le profil de l’intéressé, ce choix relève du gros gag. Pourtant, qui a connaissance de cette désignation ?

Bruno Sido, sénateur de la Haute-Marne (Champagne-Ardenne) et président de son conseil général, compte assurément en matière(s) nucléaire(s). Monnayant les atouts du sous-sol local, l’opportun(iste) laisse l’industrie de l’atome fouiller à loisir les entrailles de la terre pour y préparer à Bure (Lorraine/Champagne) un immense dépotoir atomique souterrain. Pour M. Sido, devenu gardien de la transparence, il ne s’agit que d’un "laboratoire scientifique". Scientifric plutôt, tant pleuvent les millions d’euros (20 par an, idem pour la Meuse). Foi de Sido, ces millions devaient sauver la Haute-Marne…où l’on assiste au contraire à un véritable effondrement démographique !

Bruno Sido, sénateur, fut rapporteur de la loi sur l’eau. Or, la grande région de Bure est reconnue comme un véritable "château d’eau" naturel. Mais pas un mot de M. Sido pour informer que cet or bleu aurait pour avenir de se voir pollué par la poubelle radioactive souterraine. Curieux gardien de la transparence, qui omet également de faire savoir que des études scientifiques indépendantes prédisent le pire : le déplacement de cette contamination souterraine sur tout le Bassin de la Meuse, mais également vers l’ensemble du Bassin parisien (
2).

Bruno Sido a débattu et voté en juin 2006 une loi qui dressait l’inventaire des déchets nucléaires et déterminait leur avenir. Un inventaire où sont mentionnés les déchets dits "FAVL" (faible activité, vie longue), que Sido n’hésite pourtant pas à qualifier de "petit truc"(3). Devenu gardien de la transparence, il s’est bien gardé de signaler les études d’organismes officiels (4) qui, elles, soulignent fortement les dangers que représentent ces déchets.

Bruno Sido, à qui la loi de juin 2006 a confié la responsabilité de choisir le président du "Comité local d’information et de suivi" (CLIS) de Bure. Et qui a-t-il nommé, de concert avec Christian Namy son homologue de la Meuse ? Le député Christian Bataille, concepteur de la loi "déchets nucléaires" de décembre 1991 et fanatique de l’enfouissement des poisons nucléaires. Mauvaise pioche pour Sido : les acteurs associatifs siégeant au CLIS ont boycotté et dénoncé ce Comité manipulé, et le sieur Bataille vient de démissionner, l’oreille basse.

Bruno Sido, sénateur, fut rapporteur de la récente loi "Grenelle de l’environnement". Gardien de la transparence, il a relégué dans l’obscurité des placards la question du nucléaire, et donc les problèmes que pose celui-ci. Un "Grenelle" pipé, que dénoncent nombre d’associations, comme Agir pour l’environnement : "L’exemple du Grenelle illustre à merveille cette technique qui consiste à parler beaucoup et agir peu. Ou pire, agir à l’opposé de ce que l’on dit, délégitimant encore un peu plus les propos émis par la puissance publique".

Le cas Sido, le gag Sido, porte à la caricature ce qu’est devenu notre système de "gouvernance". Un système d’usurpation, qui pousse nos concitoyen-ne-s à reprendre leurs affaires en main. Ce qui vient d’être fait de manière fracassante, face au projet de site d’enfouissement pour les déchets dits "FAVL". Les fossoyeurs (Andra, pouvoirs publics, élus locaux) viennent de se faire mettre à la porte des deux communes sur lesquelles ils avaient jeté leur dévolu... L’avenir est encourageant, aidons-le !

CEDRA
Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs
cedra.org@orange.fr





SÉNAT

Séance en hémicycle du 14 février 2013 à 9h30




Extraits...





Photo de Bruno Sido

«Je souhaite revenir sur les discussions que nous avions eues au moment du Grenelle 1 et du Grenelle 2, et rappeler à ceux de mes collègues qui étaient présents au moment des votes combien, lorsqu’il a été décidé de classer les éoliennes en ICPE, nous étions dubitatifs, et même très dubitatifs, car nous prévoyions ce qui allait arriver.
Il y avait déjà les ZDE, les SRE, etc. Pourquoi classer les éoliennes en ICPE alors qu’elles sont au contraire de nature à protéger l’environnement ? Mais la loi a été votée, et il nous faut maintenant cesser de débattre du sexe des anges et regarder comment concrètement cela se passe sur le terrain.
Mon département, comme celui de M. Longuet, fait partie de ceux qui réclament des éoliennes et qui en installent. Personnellement, j’apprécie l’éolien et je pense qu’il faut le développer. Je soutiens donc votre politique, madame la ministre, mais avez-vous idée du parcours du combattant que cela représente pour l’installateur ? Je vous le dis tout net : face à l’administration, il faut bien du courage !
C’est La Trahison des clercs qui se rappelle à nous ici ! Entre l’architecte des Bâtiments de France, qui trouvera toujours une croix classée, et les fonctionnaires, qui argueront de la présence du moindre ruisseau ou de l’indispensable protection des petits oiseaux, …»

Photo de Bruno Sido
«… c’est l’épreuve d’obstacles pour implanter ne serait-ce qu’un petit parc de cinq éoliennes !
M. Guillaume a bien de la chance de pouvoir installer des éoliennes à côté du château de Grignan. En Haute-Marne, il ne le pourrait pas, même dans un rayon de quinze à vingt kilomètres !
Peu importe, d’ailleurs, que l’avis du maire et celui du conseil municipal soient conformes puisque tout se déroule à la préfecture. Or le préfet – mettons-nous un peu à sa place de temps en temps –, recevant des rapports négatifs – on trouve toujours de bonnes raisons pour ne pas installer d’éoliennes –, émettra un avis défavorable.
Madame la ministre, c’est sur le terrain, et pas seulement dans cet hémicycle, que cela se joue : il faut convaincre vos fonctionnaires de la nécessité de développer l’éolien».



SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007

Annexe au procès-verbal de la séance du 27 juin 2007



RAPPORT D'INFORMATION
FAIT au nom de la mission commune d'information (
1) sur la sécurité d'approvisionnement électrique de la France et les moyens de la préserver,
Par MM. Michel BILLOUT, Marcel DENEUX et Jean-Marc PASTOR, Sénateurs.


Tome II : Auditions et déplacements



(1) Cette mission commune d'information est composée de : M. Bruno Sido, président ; MM. Gérard Longuet, Pierre Laffitte, vice-présidents ; M. Michel Esneu, Mme Nicole Bricq, secrétaires ; MM. Jean-Marc Pastor, Marcel Deneux, Michel Billout, rapporteurs ; M. Jean-Paul Amoudry, Mme Marie-France Beaufils, MM. René Beaumont, Gérard César, Éric Doligé, Claude Domeizel, Philippe Dominati, Ambroise Dupont, Serge Lagauche, Mme Élisabeth Lamure, MM. Dominique Mortemousque, Jackie Pierre, Xavier Pintat, Daniel Raoul, Thierry Repentin, Henri Revol, Michel Sergent, Jacques Valade, André Vallet, Mme Dominique 

http://www.senat.fr/rap/r06-357-2/r06-357-2_mono.html




nmnj










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire