lundi 5 février 2018

Etats-Unis : coupe de 72% allouée aux énergies renouvelables en 2018

http://lenergeek.com

Commentaire :  (...)" On sait désormais qu’elles ne sont plus la priorité et qu’elles pourraient souffrir dans un avenir proche d’une réduction importante de leurs subventions publiques. " Heureux contribuables américains... Mais pas grave pour le lobby puisque PV et éolien sont rentables dit-il.

php



Crédits photo : TSA
 
Si l’on savait Donald Trump largement favorable à l’exploitation des énergies fossiles, même les plus polluantes, on ignorait encore jusqu’à quel point ce revirement dans la politique énergétique des Etats-Unis affecterait les filières renouvelables. On sait désormais qu’elles ne sont plus la priorité et qu’elles pourraient souffrir dans un avenir proche d’une réduction importante de leurs subventions publiques. Selon un article publié jeudi 1er février 2018 dans le Washington Post, le gouvernement américain s’apprêterait à demander au Congrès d’effectuer une coupe claire de 72% du financement des énergies renouvelables dans le budget 2018.
Comme on pouvait s’y attendre, le Président américain et son ministre de l’ Energie Rick Perry, tous deux climatosceptiques affirmés, ne feront plus de cadeaux aux énergies renouvelables. Après avoir augmenté la semaine dernière les droits de douane sur l’importation des panneaux solaires aux Etats-Unis, ils prépareraient actuellement une coupe budgétaire de grande ampleur touchant toutes les filières renouvelables. Selon un document détaillant les négociations qui s’annoncent autour du prochain budget de l’Etat, dévoilé par le quotidien américain Washington Post, les autorités souhaiteraient en effet proposer une réduction de 72% du budget alloué aux bureaux du ministère de l’ Energie en charge de l’efficience énergétique et des énergies renouvelables.

La priorité accordée aux énergies fossiles

Concrètement, le budget de ces bureaux, aujourd’hui fixé à 2,04 milliards de dollars, passerait à 575,5 millions si les coupes réclamées par la Maison Blanche sont approuvées. « Cela montre que nous n’avons pas convaincu du tout l’administration de notre valeur », a confié un employé du ministère au Washington Post, sous couvert d’anonymat. « Au contraire, si l’on en croit ces chiffres, notre valeur a chuté », a-t-il poursuivi.

Si c’est bien le Congrès qui aura le dernier mot sur le financement des administrations (les parlementaires du Capitole peuvent rejeter la demande de la Maison Blanche), cette demande ne laisse en tous cas plus aucun doute sur les velléités de l’administration fédérale, estime le Post. Selon le journal, les coupes demandées sont plus prononcées encore que celles proposées par l’administration de Donald Trump pour l’année fiscale en cours et qui n’ont pas pu être mises en place en raison d’une longue impasse budgétaire. Rappelons enfin que le gouvernement avait proposé en parallèle des subventions fédérales pour développer le secteur du nucléaire et du charbon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire