mardi 11 octobre 2016

Champagne Ardenne: des aménagements équivalents à 2 ha de jachère

http://www.cultivar.fr
par Mathieu Lecourtier

Publié le 17/04/2015
 
À la mi-avril, GDF-Suez Futures Énergies a déjà compensé 10 ha sur les 100 ha de jachère demandés suite à l’implantation de parcs éoliens en champagne crayeuse. Cédric Barbary, responsable biodiversité de l’opérateur éolien, se dit satisfait de cette dynamique alors que la mise en œuvre opérationnelle de cette compensation écologique n’a débuté qu’en fin d’année 2014.



«La direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (Dreal) de Champagne-Ardenne prescrivait l’implantation de deux hectares de jachère par éolienne construite en champagne crayeuse. Avec notre parc éolien important, il aurait été très difficile pour nous de mobiliser la centaine d’hectares nécessaire pendant 20 à 25 ans, la durée de vie d’une éolienne. À la fois pour une question de coût, mais aussi pour un problème de compétition avec la production agricole. Dès lors, nous avons travaillé à l’élaboration d’équivalences entre une jachère et d’autres aménagements écologiques. L’objectif n’étant pas de compenser la surface des deux hectares de jachère, mais leur valeur écologique

L’opérateur éolien s’est alors rapproché du Muséum national d’histoire naturelle, garant scientifique des études menées, des parties prenantes régionales (ONG naturalistes, fédération des chasseurs et coopératives, etc.) et d’Invivo AgroSolutions, coordinateurs, pour définir des équivalences entre la jachère et quatre grands types d'aménagements écologiques : la haie, la bande enherbée, la bande tampon bouchons et les buissons. Leur valeur écologique a été comparée à celle de deux hectares de jachère, à la grande plaine de champagne crayeuse avec ou sans éolienne. Après plus d’une année de recherche et de comptage, GDF Suez Futures Énergies est en mesure de proposer des équivalences validées par les services de l’État entre une jachère et les autres aménagements paysagers. La compensation écologique de l’opérateur éolien est désormais en phase de déploiement.

Tout agriculteur dont les parcelles agricoles se situent dans un rayon supérieur à 200 m et inférieur à 25 km d’un parc éolien de GDF-Suez Futures Énergies en champagne crayeuse peut prétendre mettre en place un aménagement contribuant à la compensation écologique d’éoliennes. Les agriculteurs volontaires sont alors rémunérés pour l’implantation et l’entretien du ou des aménagements en question. Une convention de cinq années est alors signée entre les deux parties. Des conventionnements plus longs sont actuellement à l’étude.

Cédric Barbary est très fier de préciser qu’il s’agit d’une démarche unique en France avec une action immédiate sur l’environnement.


Si c’est une obligation pour nous de mettre en place des actions environnementales en accompagnement de l’implantation de nos éoliennes, nous souhaitons que notre démarche soit utile aux agriculteurs qui deviendront nos partenaires mais également au territoire plus globalement. C’est pourquoi nous tentons de nous intégrer dans les schémas régionaux existants et pensons le positionnement des aménagements afin de créer un maillage suffisamment dense pour aboutir à des corridors écologiques.

Le témoignage de l’un des tout premiers agriculteurs à mettre en œuvre la compensation écologique de GDF-Suez Futures Énergies est à retrouver dans le numéro d’avril 2015 de Cultivar Leaders.



php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire