jeudi 19 janvier 2017

Prix 2016 du menteur en politique : les vainqueurs sont…

palemair
 19 janvier 2017

Le Prix du menteur en politique a été créé le 19 janvier 2015 à l’initiative du politologue Thomas Guénolé, auteur du Petit guide du menteur en politique (Fayard, 2017, 2e éd.).

Cette distinction est décernée avec humour pour inciter la classe politique à moins mentir, pour sensibiliser le journalisme politique à l’importance du fact-checking, et pour encourager le grand public à vérifier la véracité de ce que dit le personnel politique.

Le prix est destiné à être proclamé chaque début d’année, pour les mensonges politiques de l’année précédente. Le Prix 2016 est ainsi décerné en janvier 2017.

Le jury du prix est composé de journalistes politiques et de journalistes spécialisés en fact-checking politique.

RÉSULTATS POUR L’ANNÉE 2016 :

Grand Prix du meilleur menteur en politique pour l’année 2016 : Robert Ménard.

Pour son incroyable constance dans le mensonge lorsqu’il évoque l’immigration.

→ lorsqu’il imagine qu’un festival réserve une zone aux femmes… à cause des migrants

→ lorsqu’il prétend que 75% de l’immigration actuelle viennent du Maghreb et de Turquie

→ lorsqu’il soutient que le regroupement familial représente 40% de l’immigration

→ lorsqu’il imagine que le turc et l’arabe remplacent les cours de français

→ lorsqu’il manipule des chiffres pour montrer que les demandeurs d’asile hébergés à Béziers « ne repartiront jamais »

1er Dauphin du Grand Prix : Manuel Valls.

Pour son retournement de veste spectaculaire en devenant candidat à la primaire du PS, notamment :

→ en se présentant comme un candidat hors système après avoir accusé ses anciens camarades de ‘‘dénoncer un prétendu système en cédant aux sirènes du populisme’’

→ en présentant sa candidature au nom de la « réconciliation » après avoir pourtant théorisé « deux gauches irréconciliables »

→ en proposant la suppression du 49-3 car “son utilisation est brutale et dépassée” après l’avoir utilisé 6 fois (sur 2 textes) car ce n’est “pas un acte autoritaire”.

→ en se présentant au nom d’une laïcité qui ne stigmatise pas les musulmans après avoir pourtant dit que la preuve de la compatibilité de l’islam avec la République restait à apporter

→ en changeant de position sur la défiscalisation des heures supplémentaires

Le vote a été très serré entre Robert Ménard et Manuel Valls pour le Grand Prix, à une voix près. Manuel Valls est donc 1er Dauphin du Grand Prix, sur le modèle du concours « Miss France ».

Prix spécial du jury pour l’ensemble de sa carrière : Nicolas Sarkozy.

Outre ses mensonges habituels en campagne, Nicolas Sarkozy a dévoilé cette année une nouvelle gamme de mensonges concernant notamment sa situation judiciaire et l’affaire Bygmalion.

→ en prétendant à moult reprises qu’il n’a pas été mis en examen pour « financement illégal de campagne » mais uniquement pour « dépassement du plafond » de la campagne

→ en affirmant également qu’il a “déjà été sanctionné par le Conseil constitutionnel” dans l’affaire Bygmalion

→ en multipliant les affirmations fausses lors de la primaire de la droite

→ en évoquant beaucoup une réglementation européenne imaginaire sur les escabeaux

Le jury est unanime : Nicolas Sarkozy aura été un champion hors-normes du mensonge en politique.

Prix « Un certain regard » pour des mensonges particulièrement absurdes ou bizarres : Christian Estrosi.

Pour avoir prétendu qu’il a fait installer des portiques de sécurité gare Saint-Charles à Marseille en réponse aux attentats de novembre : ceci, alors que ces portiques ont été mis en place par la SNCF pour contrôler les billets, sans lien avec les attentats.

Et pour avoir accumulé les affirmations fausses lors de son passage sur France Info le 21 octobre dernier :

→ affirmant ne “jamais avoir entendu parlé ni rencontré” l’ancien ambassadeur du Qatar alors qu’il apparaît à ses côtés à Nice dans une vidéo tournée par la télévision municipale

→ affirmant à tort qu’il n’y a jamais eu de dispositif fiscal voté pendant le quinquennat Sarkozy

→ affirmant à tort que la CGT a publié des affiches appelant à frapper des policiers pendant le mouvement contre la loi Travail

→ affirmant à tort que Nice Matin s’était excusé d’un papier le concernant l’affaire du bureau du maire

« Prix Jacques Dutronc » du plus beau retournement de veste : François Fillon.

Pour sa volte-face sur la réforme de la Sécurité sociale :

– Il a d’abord proposé pendant la primaire de la droite de limiter les remboursements de l’assurance publique aux affections graves ou de longue durée.

– Il a ensuite supprimé cette proposition de son site Internet dès le lendemain de la primaire.

– Enfin, il a changé radicalement de position en déclarant que « l’assurance-maladie continuera à couvrir les soins comme aujourd’hui et même à mieux rembourser des soins qui sont largement à la charge des assurés ».

Prix du « Naufrage en politique » : Maud Fontenoy.

Pour avoir prétendu que 12 000 chercheurs français sont partis aux États-Unis faute de pouvoir chercher en France des techniques non polluantes d’extraction du gaz de schiste.

Prix du « Grand Remplacement » : Jean-Pierre Chevènement.

Pour avoir affirmé qu’il y “135 nationalités à Saint-Denis, dont une (la française) qui a quasiment disparu”

Le jury a été indécis sur ce prix. Jean-Pierre Chevènement ne l’obtient qu’à une voix près.

Prix du Jeune espoir, meilleur menteur de moins de 45 ans : Nicolas Bay et Florian Philippot.

1) Nicolas Bay pour son accumulation de mensonges sur la réquisition des logements HLM, sur la loi travail et le communautarisme, sur le nombre de postes de policiers créés sous Hollande, en prétendant que 95% des dégradations de lieux de culte visent les chrétiens, sur un supposé « mythe » du réfugié de guerre, sur les peines de prison non exécutées, ou encore sur l’élection de Donald Trump.

2) Florian Philippot pour son accumulation de mensonges en 2016, notamment :

– pour avoir invoqué la liberté d’expression de la fachosphère dans la controverse Farid Fillon, tout en trouvant normal que Quotidien et Mediapart soient interdits d’accès aux meetings du FN ;

– pour avoir exprimé des informations fausses sur la position exprimée par François Fillon concernant les minarets (que ce soit sur la position exprimée, sur le contexte, sur le lieu, et même sur la date) ;

– pour avoir prétendu que la France ne peut plus expulser des étrangers délinquants de son territoire alors que c’est faux ;

– pour avoir prétendu que les étrangers en situation irrégulière n’avaient pas droit à une aide médicale avant 2000 alors que c’est faux ;

– pour avoir prétendu que la loi n’accorde aucun droit aux sans-papiers alors que c’est faux.

Cette année, 2 vainqueurs ex aequo dans cette catégorie, car ils ont eu le même nombre de voix du jury.

Prix du meilleur menteur politique à l’étranger :

Donald Trump pour l’ensemble de son œuvre.

Jury du Prix 2016 :

– Mélissa Bounoua, rédactrice en chef adjointe chez Slate ;

– Hélène Decommer, chef des infos chez L’Express ;

– Alexandre Devecchio, journaliste au Figaro ;

– Hugo Domenach, journaliste politique au Point ;

– Thomas Guénolé, politologue auteur du « Petit Guide du mensonge en politique » (Fayard) ;

– Antoine Krempf, responsable du « Vrai du faux » chez France Info ;

– Delphine Legouté, rédactrice en chef du site de Marianne ;

– Pauline Moullot, journaliste à Désintox chez Libération ;

– Estelle Schmitt, journaliste politique chez France Inter.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire