samedi 30 juin 2018

La vérité désagréable, c'est que le lobby antinucléaire nous a tous induits en erreur

George Monbiot
Mar 5 Avr 2011
Version originale

 George Monbiot est un écologiste assez radical, a quand même avoué qu'ils s'étaient fait manipuler par les anti-nucléaires ... il est plus virulent encore sur son blog.

J'ai découvert que lorsque les faits ne leur conviennent pas, le mouvement recourt aux folies de camouflage qu'ils dénoncent habituellement.

Au cours des quinze dernières semaines, j'ai fait une découverte profondément troublante. Le mouvement antinucléaire auquel j'ai déjà appartenu a induit le monde en erreur sur l'impact des radiations sur la santé humaine. Les affirmations que nous avons faites ne sont pas fondées sur la science, ne sont pas soutenables lorsqu'on les conteste et sont totalement fausses. Nous avons rendu un terrible mauvais service à d'autres personnes et à nous-mêmes.
J'ai commencé à voir l'ampleur du problème après un débat la semaine dernière avec Helen Caldicott. Le Dr Caldicott est le plus grand militant antinucléaire du monde. Elle a reçu 21 diplômes honorifiques et des dizaines de prix, et a été nominée pour un prix Nobel de la paix. Comme les autres verts, j'étais impressionné par elle. Au cours du débat, elle a fait des déclarations frappantes sur les dangers des radiations. J'ai donc fait ce que toute personne confrontée à des allégations scientifiques douteuses devrait faire : J'ai demandé les sources. La réponse de Caldicott m'a profondément secoué.


Daniel Pudles
Illustration de Daniel Pudles


Elle m'a d'abord envoyé neuf documents : des articles de journaux, des communiqués de presse et une publicité. Aucune n'était une publication scientifique ; aucune ne contenait de sources pour les allégations qu'elle avait faites. Mais l'un des communiqués de presse faisait référence à un rapport de l'Académie nationale des sciences des États-Unis, qu'elle m'a exhorté à lire. Je l'ai déjà fait - les 423 pages. Il n'appuie aucune des affirmations que j'ai remises en question ; en fait, il contredit fortement ses affirmations sur les effets des rayonnements sur la santé.
 J'ai insisté davantage et elle m'a donné une série de réponses qui m'ont fait sombrer le cœur - dans la plupart des cas, ils se référaient à des publications qui avaient peu ou pas de réputation scientifique, qui n'appuyaient pas ses affirmations ou qui les contredisaient. (J'ai affiché notre correspondance et mes sources sur mon site Web.) Je viens de lire son livre Nuclear Power Is Not the Answer. La rareté des références à des articles scientifiques et l'abondance d'affirmations sans source qu'il contient m'étonnent.

Depuis 25 ans, les militants antinucléaires accumulent les chiffres des décès et des maladies causés par la catastrophe de Tchernobyl et paradent les bébés déformés comme un cirque médiéval. Ils affirment maintenant que 985 000 personnes ont été tuées par Tchernobyl et qu'il continuera à massacrer les gens pour les générations à venir. Ces affirmations sont fausses.
Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements ionisants (Unscear) est l'équivalent du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Comme le GIEC, il fait appel aux plus grands scientifiques du monde pour évaluer des milliers d'articles et produire une vue d'ensemble. Voici ce qu'il dit au sujet des répercussions de Tchernobyl. Parmi les travailleurs qui ont tenté de contenir la situation d'urgence à Tchernobyl, 134 ont souffert du syndrome de radiation aiguë ; 28 sont morts peu de temps après. Dix-neuf autres sont morts plus tard, mais généralement pas de maladies associées aux radiations. Les 87 autres ont souffert d'autres complications, dont quatre cas de cancer solide et deux de leucémie.

Dans le reste de la population, il y a eu 6 848 cas de cancer de la thyroïde chez les jeunes enfants - résultant "presque entièrement" de l'incapacité de l'Union soviétique à empêcher les gens de boire du lait contaminé à l'iode 131. Autrement, " il n'y a pas eu de preuves convaincantes de tout autre effet sur la santé de la population générale qui peut être attribué à l'exposition aux rayonnements ". Les personnes vivant dans les pays touchés aujourd'hui "n'ont pas besoin de vivre dans la crainte des graves conséquences sanitaires de l'accident de Tchernobyl".


Caldicott m'a dit que le travail d' Unscear sur Tchernobyl est "une couverture totale". Bien que je l'aie pressée d'expliquer, elle n'a pas encore produit une once de preuve à l'appui de cette affirmation.
Dans une chronique de la semaine dernière, le rédacteur en environnement du Guardian, John Vidal, a dénoncé avec colère ma position sur l'énergie nucléaire. Lors d'une visite en Ukraine en 2006, il a vu "des bébés déformés et génétiquement mutés dans les salles... des adolescents avec une croissance retardée et des torses nains ; des fœtus sans cuisses ou doigts". Ce qu'il n'a pas vu, c'est la preuve qu'ils étaient liés à la catastrophe de Tchernobyl.

Le professeur Gerry Thomas, qui a travaillé sur les effets de Tchernobyl sur la santé pour Unscear, me dit qu'il n'y a "absolument aucune preuve" d'une augmentation des malformations congénitales. Le document de l'Académie nationale que le Dr Caldicott m'a exhorté à lire est arrivé à des conclusions similaires. Elle a constaté que la mutation radio-induite dans le sperme et les ovules est un risque si faible " qu'il n'a pas été détecté chez l'homme, même dans les populations irradiées étudiées de manière approfondie, comme celles d' Hiroshima et de Nagasaki ".

Comme Vidal et beaucoup d'autres, Caldicott m'a montré un livre qui affirme que 985 000 personnes sont mortes à la suite de la catastrophe. Traduit du russe et publié par les Annales de l'Académie des sciences de New York, c'est le seul document qui semble scientifique et qui semble soutenir les affirmations sauvages des Verts sur Tchernobyl.

Une revue dévastatrice dans la revue Radiation Protection Dosimetry souligne que le livre atteint ce chiffre par la méthode remarquable de supposer que tous les décès accrus d'un large éventail de maladies - y compris beaucoup qui n'ont pas d'association connue avec le rayonnement - ont été causés par l'accident de Tchernobyl. Cette hypothèse n'est pas fondée, notamment parce que le dépistage s'est considérablement amélioré dans de nombreux pays après la catastrophe et que, depuis 1986, il y a eu des changements massifs dans l'ancien bloc de l'Est. L'étude ne tente pas d'établir une corrélation entre l'exposition aux rayonnements et l'incidence de la maladie.

Sa publication semble être le résultat d'une confusion sur la question de savoir si Annals était un éditeur de livres ou une revue scientifique. L'académie m'a donné cette déclaration : "En aucun cas, les Annales de la New York Academy of Sciences ou de la New York Academy of Sciences n'ont commandé cet ouvrage ; ni par sa publication, nous n'avons l'intention de valider de manière indépendante les affirmations faites dans la traduction ou dans les publications originales citées dans l'ouvrage. Le volume traduit n'a pas été revu par l'Académie des sciences de New York, ni par qui que ce soit d'autre".

Ne pas fournir les sources, réfuter les données par des anecdotes, des études de sélection, mépriser le consensus scientifique, invoquer un camouflage pour l'expliquer : tout cela est horriblement familier. Ce sont les habitudes des négationnistes du changement climatique, contre lesquelles le mouvement vert s'est battu vaillamment, appelant la science à son aide. Il est affligeant de découvrir que lorsque les faits ne leur conviennent pas, les membres de ce mouvement recourent aux folies qu'ils ont dénoncées.

Nous avons le devoir de fonder nos jugements sur les meilleures informations disponibles. Ce n'est pas seulement parce que nous devons à d'autres personnes de représenter équitablement les enjeux, mais aussi parce que nous nous devons de ne pas gaspiller notre vie dans des contes de fées. Un grand tort a été fait par ce mouvement. Nous devons y remédier.

php







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire