vendredi 13 juillet 2018

Haute-Marne, Parc national : ne pas se tromper de "victimes"

jhm.fr

(...) La famille est, aujourd'hui, non seulement en colère mais surtout désappointée de ne compter pour rien et de ne plus avoir son mot à dire. [...] Tout le monde comprendra alors la position des agriculteurs, qui ne sont pas contre le Parc mais la manière dont il est imposé. "

Comme c'est charmant ! Mais, M.Thévenin, vous vous trompez de "victimes" et d' "homme autoritaire". En effet, c'est un peu vite oublier que ceux qui forment "une famille dans le sud du département" sont, en grande majorité, les mêmes qui imposent leur diktat en matière de paysages. Ces "hommes autoritaires" les uniformisent, les défigurent, à leur seul profit, à grands coups d'arrachages de haies, de déforestations avec des coupes rases, de transformation de prés en champs drainés, de cultures céréalières, maïs, colza, etc. Historiquement, la Haute-Marne est avant tout un Pays d'élevage car par trop humide. Les "y a que nous", dans le même temps, bétonnent le "Paradis des paysages" à grands coups de pales d'aérogénérateurs, de Pv, de méthaniseurs, etc.,
La liste de leurs agressions est bien entendue non exhaustive...

Ainsi, ces "chasseurs de subventions professionnels", qui représentent que 3.5% d'actifs, employant 3.371 personnes, 5% des salariés en Haute-Marne ( https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=DEP-52), mettent notre Pays et sa population en coupes réglées.

Voyez, M.Thévenin, vous vous trompez, la vraie victime, c'est... notre Pays. Et quand ses "ennemis" "parlent parfois de sentiment de violation", franchement, posez-vous la question : qui viole qui?

L'association Les Vues imprenables, ardente défenseur du Pays de l'eau et soucieuse de son avenir, imagine et espère que tous les amoureux de : "la Haute-Marne pourra être regardée comme elle le mérite, avec ses richesses naturelles, ses forêts majestueuses, sa faune exceptionnelle et ses espaces où l’âme trouve à s'apaiser. Ses chemins portent l'empreinte des pas les plus célèbres, sa culture s'enracine dans un carrefour de civilisations, son industrie s'honore de la maîtrise ancestrale du feu."*, eux aussi feront entendre leur voix par diverses manifestations pour dire OUI au Parc national et Touche pas à ma province !

Cordialement de la part de fidèles lecteurs


Lire


capture d'écran@jhm.fr

* extrait de la préface, Claude Valleix, ancien préfet de la Haute-Marne, Haute-Marne au coeur de l' Histoire, Tome 1, Claude et Roger Petitpierre, Collection La Une, Chaumont, ISBN 978-2-9540282-2-4

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire