mardi 3 juillet 2018

Explosion des vols avec les caisses automatiques ! Bien fait ?

par Charles Sannat
2 Juil 2018

|


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Nous sommes dimanche, et je me sens très gauchiste aujourd’hui. Je suis retombé sur le Capital de l’ami Karl. Des vieux souvenirs sont remontés à la surface en feuilletant mes livres. C’est ainsi.

Les entreprises de distribution n’ont qu’une seule obsession : baisser les coûts. L’idée, c’est faire plus … de profits !
Gagner pognon, sousous, pépètes !

Pour baisser les coûts, la recette est assez simple, il suffit de donner quelques coups de canif dans les effectifs, éventuellement on taille même à la hache. C’est pénible les effectifs, vous n’avez pas idée. D’ailleurs, l’être humain c’est très pénible aussi.

On vire du monde, on réduit la masse salariale, on remplace les caissières (« zet » les caissiers, soyons pâââritaires dans le vocabulaire) par des machines « zet » des machins… (Ha, non, la pââârité ne marche pas avec les machines « zet » les machins, encore un nouveau paradoxe que nos bien-pensants devront résoudre avec moult contorsions intellectuelles).

Bref, on vire, et la misère est très paritaire du même coup. On dit un misérable et une misérable. Comme quoi… En attendant, les clients font le travail du camarade salarié pour lequel ce dernier était payé. C’est ainsi que nous nous retrouvons à scanner nos produits, ou encore à faire les commandes sur les écrans tactiles de Macdonald, qui a réussi ainsi à diviser par deux (oui, vous avez bien lu) ses effectifs de supplétifs équipiers.

Mais toute cette belle mécanique tombe sur un os, un os que j’avais d’ailleurs déjà pointé du doigt avec cette histoire de supermarché 100 % automatique en Chine ou avec ma découverte de l’été dernier des Carrefour Market ouverts toute la nuit en ItalieLa sécurité !
Alors évidemment, la sécurité est chose très complexe, car en France, la sécurité est toujours dans nos esprits franchouillards pour l’autre… C’est un peu comme les impôts ou la richesse !

Du coup, on veut beaucoup de sécurité, mais on n’a pas envie non plus d’être emmerdé tous les quatre matins par nos pandores.

Le gros hic, c’est que nous ne sommes pas (encore, mais ça va venir, certains y travaillent) en Chine. On ne met pas une balle dans la tête d’un voleur récidiviste pour un paquet de nouilles lyophilisées ou de nems séchés. On ne condamne pas (encore, mais on s’en rapproche) au camp de redressement et au goulag le voleur de l’orange du marchand.

Conséquence ? Les supermarchés remplacent les caissières (caissiers) par des vigiles et des vigillettes (bien que je n’en vois pas encore beaucoup, mais je ne veux pas courir le risque d’être embastillé). Le gain se transforme en perte… Le vol des sans-dents, ce n’est vraiment pas bien (et si je dis autre chose, on me mettra bien sur le dos une incitation quelconque à quelconque blasphème capitalisto-consumériste), mais le vol social, en dehors d’être légalisé, institutionnalisé, et organisé par nos puissants mamamouchis, ce n’est pas bien non plus ! C’est même très méchant.

Vous croyez que dire que c’est très méchant c’est autorisé ?
Les caisses automatiques font bondir les vols dans les supermarchés !

Voici l’article du site Boursier.
« Bienvenue dans l’ère du « vol à l’étalage 4.0 » ! Les caisses automatiques, qui se multiplient à la sortie des supermarchés et permettent aux clients de valider eux-mêmes leurs achats, feraient perdre de l’argent aux distributeurs, qui économisent pourtant en embauchant moins de personnel…

L’enquête d’une maître de conférences en criminologie à la City University de Londres, publiée dans le magazine spécialisé The Conversation, montre que les supermarchés dotés de caisses automatiques risquent nettement plus d’être victimes de vols (86 %), que ceux qui n’en proposent pas (52 %) »…

Vous apprécierez le concept de vol à l’étalage qui est carrément 4.0 désormais. Quand vous vous faites casser la gueule, c’est sans doute une agression « 4 poings à zéro » aussi… Nous vivons surtout dans une ère de cons puissance 4.

Manque à gagner (que c’est triste alors)

« Au Royaume-Uni, un client sur cinq admet avoir volé régulièrement à la caisse, ce qui représente environ 15 livres sterling par mois, soit 1,6 milliard de livres chaque année (1,8 milliard d’euros). Nombre d’entre eux avouent avoir volé une première fois par erreur, et s’être pris au jeu, réalisant à quel point le vol était facile. »

Et le journaliste inquiet, de conclure son article par « un problème de taille pour les distributeurs, alors ces caisses vont être de plus nombreuses dans les grands magasins : 325 000 dans le monde d’ici 2019… »

Ben oui, la fauche, ça coûte cher.
Je vous laisse calculer combien de salaires par mois cela fait 1,8 milliard d’euros divisé par un SMIC annuel… Allez, je suis sympa, je vous donne une approximation : en gros, si on considère qu’un smicard coûte 18 000 euros par an, cela nous fait de quoi payer 100 000 smicards chaque année…

J’aurais bien une idée !
J’aurais bien une idée à proposer à nos chaînes de supermarchés, mais j’ai peur qu’elle soit vraiment prise comme une subversion gauchiste, que dis-je, une tentative de subversion de notre bon peuple.

Allez, je me lance.

Soyons courageux…

Et si au lieu de mettre des caisses automatiques qui font perdre de l’argent, on mettait 100 000 personnes de plus au travail pour le prix cumulé des vols… Ça serait peut-être pas plus mal, ne pensez-vous pas ?

Mais je suis vraiment naïf… Ce n’est pas le plan !
En fait, je suis un garçon trop gentil et naïf… Je raisonne mal, raison pour laquelle je ne siège pas au Palais avec de la vaisselle toute neuve et pas vieillotte du tout et que l’on se contente de l’Arcopal de la grand-mère de ma femme (enfin, du service qui ne passe au micro-onde d’ailleurs).

Ce qu’il faut, pour augmenter les bénéfices, c’est tout simplement interdire le vol. Comme ça, en interdisant le vol, on va réussir à augmenter les profits sans les caissières (« zet » les caissiers) et l’on ne perdra pas d’argent avec les chapardages de nos sans-dents décidément très indisciplinés.

D’où la question de comment limiter les vols
Et là, la réponse est très simple. Soit par la violence d’État et la répression, soit par le contrôle social et la répression… Dans tous les cas, il faudra que le pouvoir se radicalise pour assurer l’augmentation des profits des maîtres qu’il sert, à savoir les totalitaristes marchands… Et c’est d’ailleurs exactement ce qu’il se passe.

Voilà, c’était ma minute gauchiste.
Et je vous propose de nous quitter en musique, avec Bella Ciao, le chant des partisans italiens refusant le fascisme et l’oppression. Cette version est modernisée, comme l’oppression qui a elle aussi changé de visage, mais l’hymne à la résistance, lui, reste le même, et le besoin de liberté et de justice reste intact. Les paroles ont été écrites fin 1944 sur la musique d’une chanson populaire qu’entonnaient au début du XXe siècle les mondine, ces saisonnières qui désherbaient les rizières de la plaine du Pô et repiquaient le riz, pour dénoncer leurs conditions de travail.

NAESTRO - Bella Ciao ft. Maître GIMS, VITAA, DADJU & SLIMANE https://youtu.be/CAOFXTbECn0


Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire